Découvrir Javerlhac et La Chapelle St Robert...

Dans le bourg de Javerlhac...

  • L'Église Saint Etienne : Reconstruite au XVème siècle sur des vestiges du XIIIème. Piliers et chapiteaux anciens. Têtes sculptées à l'intérieur. Deux gisants : un féminin (XIVème) et un masculin (XVème) dans l'enfeu côté clocher.

 

  • Le Château : Bernard Ramnulphi 1er seigneur connu dès 1248, puis Aymeric Vigier, Louis de Rochechouart, Bernard de Maumont qui vend la châtellerie en 1499 à Dauphin Pastoureau, lequel restaure le châetau dans son état actuel, l'église, le moulin et la fuye.

 

  • Le Moulin Martin : il se trouve à quelques mètres du château, sur la rive gauche du Bandiat. Moulin à eau équipé d'une roue à aubes en mouvement, vestiges du XIIIème siècle.

 

  • La Fuye ou le pigeonnier : à côté du moulin, sur l'ancien domaine seigneurial, bâtisse circulaire d'une hauteur de 7 mètres, construite à l'origine au milieu de la rivière. Contient 1200 boulins (ou cases à pigeons). Girouette armoriée 1737.

 

Aux alentours...

  • Forgeneuve : ancienne manufacture royale, propriété du Comte d'Artois exploitée par M.R. de Montalembert. Fabrique de canons pour l'artillerie navale. Un spécimen de 1750. Ancêtre de la Fonderie de Ruelle (Charente).

 

  • L'Église de La Chapelle Saint Robert : à 3 kms du bourg de Javerlhac, a aussi son passé historique dérivé de son église romane, à l'origine chapelle d'un ancien prieuré bénédictin. La présence des moines est authentifiée dès le Xème siècle au lieu-dit Labadias (les abbayes). Vers 1050, Robert de Turlande, fondateur et 1er abbé de la Chaise-Dieu envoie son disciple Raoul Passeron fonder le prieuré au lieu même qui deviendra La Chapelle Saint Robert. Les bâtiments conventuels n'existent plus; seule émerge (alt. 183m) une superbe église romane restaurée par les soins de l'Association de Sauvergade de l'Église de La Chapelle, les Bâtiments de France et la Commune. Cette chapelle est classée Monument Historique.

 

  • Pierre Virande (la pierre qui tourne) : cette pierre, sorte de silex orangé, est aujourd'hui immobile. Elle repose sur un bloc de rochers entre les villages des Chenauds et du Grand Gillou. Elle est de forme oblongue, d'un mètre d'épaisseur sur 3 ou 4 de longueur et 2 de large. Certains rattachent ces monolithes au culte druidique, d'autres au mythe solaire et d'autres encore y voient des pierre tombales de chefs gaulois...